Aller au contenu.

Secteur du travail
Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale

  • Imprimer.
  • Suivez-nous sur Twitter.
  • Fils RSS.

La production modulaire : caractéristiques et avantages

La production modulaire signifie que chaque famille de produits est fabriquée et assemblée à l’intérieur d’un module autonome.

Cette approche s’adapte particulièrement bien à la production de courtes séries. C’est le cas des PME dont le contexte se caractérise par une demande fluctuante, des changements fréquents de la gamme de produits, la variabilité de la taille des lots et des temps d’opération et de mise en course. Lorsqu’elles agissent comme sous-traitants, cette approche leur apporte une meilleure capacité d’adaptation en leur offrant un certain contrôle sur leurs procédés, moules, montages et assemblages. La production modulaire peut néanmoins répondre également aux besoins d’entreprises de plus grande taille, fonctionnant comme un réseau de minicentres de production qui alimentent d’autres chaînes de production de l’usine.

La production modulaire s’appuie sur une reconfiguration des postes de travail en cellules (production cellulaire) au sein desquelles se trouve l’équipement nécessaire à la production d’une composante ou d’une famille de produits.

L’efficience du procédé découle du flux continu et régulier qui évite l’accumulation de stocks et de matériaux du début jusqu’au produit final intermédiaire, en minimisant les temps de transport et d’attente. Ainsi, chaque produit intermédiaire doit nécessairement être utilisé en aval, ce qui fait qu’il n’y a pas d’entreposage ou de stocks. Le flux continu vise les entreprises qui adoptent le principe du juste-à-temps. Il fait appel également aux approches de production allégée (lean manufacturing).

Les bénéfices de ce mode de production sont :

  • une plus grande efficience de la production en éliminant le gaspillage ;
  • une production qui répond aux besoins précis des clients ;
  • une plus grande flexibilité pour diversifier l’offre de produits ;
  • le repérage plus rapide des défauts ;
  • une diminution des superficies requises en raison de l’absence de stocks et de l’équipement rapproché ;
  • des cycles de production plus courts.

Pour en savoir davantage :
« Cellules dynamiques : concept pour PMECe lien quitte le site du Secrétariat du Travail et ouvre dans une nouvelle fenêtre. » RHEAULT, Martin, Jocelyn DROLET et Georges ABDULNOUR, professeurs de l’Université du Québec à Trois-Rivières.