Aller au contenu.

  • Agrandir le texte.
  • Imprimer.
  • Suivez-nous sur Twitter.
  • Fils RSS.
Regards sur le travail. Revue dediée à la recherche et aux observations dans le domaine du travail.

Politique éditoriale
Normes d'édition
Abonnement

Volume 10, n° 1 – Printemps 2014


Article de fond

Être parent et avocat : les défis de la conciliation travail famille pour la progression professionnelle

Télécharger l'article complet (389 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Par Diane-Gabrielle Tremblay

Introduction

Les études menées auprès des avocats aboutissent généralement au constat qu’il existe une difficulté de conciliation des temps professionnel et familial et qu’elle constitue une source de stress et d’insatisfaction générale. Certaines études montrent que ce conflit peut devenir l’une des principales raisons d’abandon de la profession (Brockman, 1994; Kay et Hagan, 1995, 2002). Un autre constat qui se dégage de ces études est celui des inégalités entre les hommes et les femmes avocats devant cette épineuse question de la conciliation. En effet, les femmes déclarent être moins satisfaites que les hommes en la matière (Kay, 2002). Il apparaît également que l’exercice réussi du métier et l’avancement dans la carrière seraient incompatibles ou, du moins, plus difficiles pour les femmes avec enfants. Le statut parental de la femme serait, par ailleurs, un facteur discriminant dans l’avancement des carrières dans la profession.

Tout en nous permettant d’entrevoir les points de tensions qui marquent le parcours des professionnels des deux sexes au sein des professions juridiques, ces études laissent grande ouverte la question des modes de gestion de ces tensions au quotidien (voir notamment en références les travaux de Brockman, 2006, 2001, 2000, 1997, 1994; Epstein, 2001; Epstein et coll. 2001, 1999; Gorman, 2006, 2005; Kay, 2002, 1997; Kay et Hagan, 1999, 1998, 1997, Kay et coll. 2004). Comment les avocates et les avocats s’organisent-ils pour assumer leurs responsabilités professionnelles et familiales? Leurs difficultés sont-elles propres à la profession qu’ils exercent? Est-ce qu'il existe des stratégies de gestion des temporalités professionnelles et personnelles optimales, assurant un bon équilibre? Quelle incidence ont-elles sur la carrière et sur la façon d’envisager sa pratique? Est-ce que les hommes et les femmes mettent en place des « équations personnelles temporelles » différenciées? Notre recherche visait à vérifier les effets du milieu de travail propre aux avocats, et donc de cette pratique professionnelle, sur la gestion de ces temporalités sociales (temps parental, professionnel, loisirs, etc.).

Au-delà d’une analyse des difficultés vécues par les membres du Barreau du Québec en matière d’articulation des temps sociaux, l’objectif était d’accéder à leur vécu pour l’incorporer à la réflexion organisationnelle. En effet, la question de l’articulation emploi famille commence à sortir progressivement de la sphère privée des professionnels pour devenir un enjeu collectif de développement de la profession, d’autant que les difficultés d’articulation des temps peuvent avoir une incidence sur la qualité du service offert aux clients. Cette prise en compte s’est traduite notamment par la signature, en 1995, par le Barreau du Québec, de la Déclaration de principes sur la conciliation travail famille (mise à jour en 2010).