Aller au contenu.

  • Agrandir le texte.
  • Imprimer.
  • Suivez-nous sur Twitter.
  • Fils RSS.
Regards sur le travail. Revue dediée à la recherche et aux observations dans le domaine du travail.

Politique éditoriale
Normes d'édition
Abonnement

Volume 7, n° 3 – Été 2011


Mot de la rédaction

Articles de fond

Résumés de recherches publiées

Chronique sur les pratiques organisationnelles

Chronique de veille internationale

Articles de fond

La gestion de la diversité des âges : problématique, enjeux et défis

Télécharger l'article completCe lien ouvre un fichier dans une nouvelle fenêtre. (415 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Par Diane-Gabrielle Tremblay

Dans cet article, nous proposons de développer la problématique, les enjeux et les défis associés au vieillissement de la main-d’œuvre. De fait, le vieillissement de la population entraîne un questionnement dans un grand nombre de sociétés, en particulier dans les sociétés européennes, mais aussi au Québec et au Canada. La situation est toutefois moins préoccupante ici, du point de vue de l’activité des travailleurs vieillissants, comme nous le verrons dans les articles de ce numéro. Quoi qu’il en soit, notre société, comme les autres, s’inquiète d’un possible fléchissement des taux d’activité des travailleurs âgés, et souhaite maintenir ces derniers en emploi. Le Québec et le Canada présentent des taux d’activité plus élevés que d’autres pays certes, mais, dans un contexte de déclin démographique, on s’inquiète aussi de l’activité en fin de carrière, d’autant plus que certaines données indiquent que nombre de travailleurs âgés se voient obligés de revenir en emploi parce qu’ils ont des revenus insuffisants à la retraite. Tenant compte du déclin démographique annoncé et des difficultés que cela pourrait entraîner pour les budgets publics, les gouvernements cherchent des manières d’inciter les travailleurs à rester en emploi, et ce, malgré les effets négatifs observés dans plusieurs secteurs à la suite de la crise de 2008-2010.

La crise financière s’est en effet matérialisée par d’importantes restructurations d’entreprises, des licenciements, des fermetures et des délocalisations, qui pourraient faire penser que le maintien des travailleurs vieillissants en emploi n’est peut-être plus à l’ordre du jour. En effet, au Québec comme ailleurs, quoique peut-être un peu moins qu’ailleurs, la crise a fait augmenter le taux de chômage, et nombre de travailleurs qui n’ont pas été directement touchés par des licenciements ont tout de même eu des inquiétudes face à l’avenir, surtout au sujet des régimes de retraite, dont plusieurs ont été fortement atteints par la baisse des valeurs financières. De plus, nombre de salariés ont vu une partie de leur épargne fondre ou disparaître, ce qui peut en inciter certains à rester actifs plus longtemps sur le marché du travail.