Aller au contenu.

Horaire fractionné, travail sur appel ou autres

Horaire fractionné, travail sur appel

Retourner à la table des matières

De 1997 à 2006, le pourcentage de salariés travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres a augmenté de 1,9 point de pourcentage au Québec, pour atteindre 5,2 % en 2006. Au Canada, ce pourcentage est passé de 4 à 4,7 %.

En 1997, la part des salariés travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres était moins élevée au Québec (3,3 %) qu’en Ontario (3,9 %), en Alberta (4,6 %) et en Colombie-Britannique (4,7 %). Par contre, elle était plus élevée qu’au Nouveau-Brunswick. En 2006, la situation s’est quelque peu inversée : elle était plus élevée au Québec (5,2 %) qu’en Ontario (4,1 %) et en Alberta (4,3 %). Par ailleurs, elle était plus faible au Québec qu’en Colombie-Britannique (5,9 %) et qu’au Nouveau-Brunswick (5,6 %). 

Tableau 53 (10 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Âge 

Les salariés âgés de 16 à 24 ans travaillant selon des horaires fractionnés, sur appel ou autres sont surreprésentés par rapport à l’ensemble des salariés. En effet, même si l’écart entre ces deux groupes s’est rétréci de 1997 à 2006, il était toujours présent en 2006, étant passé de 19,3 à 8,3 points de pourcentage au cours cette période.

Tableau 54 (11 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Sexe 

Au Québec, de 1997 à 2006, la proportion des femmes qui travaillaient selon un horaire fractionné, sur appel ou autres était plus élevée que celle des hommes, contrairement à l’ensemble des salariés. En effet, en 2006, c’était le cas de 5,9 % des femmes, contre 4,7 % des hommes. En outre, 53,8 % des salariées travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres étaient des femmes, alors qu’elles représentaient 48,1 % de l’ensemble des salariés.

Tableau 55 (11 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Statut familial

La proportion de salariés travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres, vivant dans un ménage de 3 personnes et plus a atteint 61,7 % en 2006, alors qu’elle était de 55,7 % dans l’ensemble de la population.

Tableau 56 (11 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Statut matrimonial

En 1997, la proportion des salariés mariés ou des conjoints de fait et travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres était de 45,6 %, contre 54,4 % pour les salariés divorcés, veufs ou célibataires. En 2006, ces pourcentages étaient respectivement de 51,5 et 48,5 %. L’écart entre les salariés mariés ou qui étaient conjoints de fait et les salariés divorcés, veufs ou célibataires parmi les salariés ayant un horaire fractionné, sur appel ou autres est passé de 8,8 à 3 points de pourcentage.

Tableau 57 (11 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Éducation 

Ce sont les salariés titulaires d’un diplôme postsecondaire inférieur au baccalauréat qui ont connu la croissance la plus importante de la proportion des salariés travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres, passant de 3,8 à 6,4 % de 1997 à 2006. 

Tableau 58 (11 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Taille de l’entreprise 

En 2006, les salariés des entreprises de moins de 20 employés représentaient 28,2 % de ceux travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres, alors qu’ils constituaient 22,2 % de l’ensemble des salariés québécois.

Tableau 59 (12 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Secteur d’activité économique

En 2006, 82,6 % des salariés travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres se trouvaient dans le secteur tertiaire, alors que ce taux était de 76,6 % dans l’ensemble des salariés québécois.

Tableau 60 (12 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Secteur public et secteur privé 

Entre 1997 et 2006, la proportion des salariés du secteur public travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres a presque doublé, passant de 3,4 à 6,8 %.

De plus, leur proportion est plus élevée que celle de l’ensemble des salariés. En effet, en 2006, ceux du secteur public représentaient 29,7 % des salariés ayant un horaire fractionné, sur appel ou autres et 23 % de l’ensemble des salariés. 

Tableau 61 (12 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Taux horaire

La proportion de salariés travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres par rapport à l’ensemble des salariés dont le taux horaire variait entre 15,01 $ et 20,00 $ était trois fois plus élevée en 2006 qu’en 1997, ayant augmenté de 1,8 à 6 %.  

Tableau 62 (11 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Salaire annuel 

Entre 1997 et 2006, la proportion des salariés qui avaient un salaire de moins de 10 000 $ et qui travaillaient selon un horaire fractionné, sur appel ou autres a augmenté, passant de  7,6 % en 1997 à 9,6 % en 2006.

Tableau 63 (11 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Temps plein et temps partiel 

En 2006, 1 salarié sur 2 travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres était un employé à temps partiel, alors que ce ratio était de l’ordre de 1 employé sur 5 dans l’ensemble des salariés.

Tableau 64 (11 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Raison du travail à temps partiel

En 2006, 14,1 % des salariés qui travaillaient à temps partiel pour des raisons reliées à l’éducation le faisaient selon un horaire fractionné, sur appel ou autres. Ce pourcentage est sensiblement le même pour les salariés qui travaillaient à temps partiel involontairement (14,2 %). 

Tableau 65 (11 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Activité principale

Parmi les salariés dont l’activité principale est un emploi ou qui sont en affaires, la proportion de ceux qui travaillent selon un horaire fractionné, sur appel ou autres a presque doublé, passant de 2,2 % en 1997 à 4,2 % en 2006.

Tableau 66 (11 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Travail à l’année

En 2006, les salariés travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres représentaient 6 % des gens en chômage ou inactifs une partie de l’année, alors que ce taux atteignait 5 % chez les salariés travaillant toute l’année. 

Tableau 67 (11 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Syndicalisation

La part des salariés non syndiqués parmi ceux travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres était inférieure à celle de l’ensemble des salariés. En effet, en 2006, ils représentaient 57,1 % des salariés qui travaillaient selon un horaire fractionné, sur appel ou autres et 62,4 % de l’ensemble des salariés.

La proportion des salariés syndiqués travaillant selon un horaire fractionné, sur appel ou autres était de 5,9 % en 2006. Elle était plus forte que chez les salariés non syndiqués où seulement 4,7 % avaient un tel horaire.

Tableau 68 (11 Ko)Ce lien ouvre un fichier pdf dans une nouvelle fenêtre.

Retourner à la table des matières