Aller au contenu.

Secteur du travail
Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale

  • Imprimer.
  • Suivez-nous sur Twitter.
  • Fils RSS.

Facteurs de succès de la production allégée

Un diagnostic de départ permettant d’identifier les sources de gaspillage

Lorsque les dirigeants d’une entreprise décident d’entreprendre une démarche de production allégée, ils doivent être conscients que les processus doivent être bien analysés et que les activités sans valeur ajoutée seront éliminées (produits encours, déplacements inutiles, arrêts de production, rejets, pertes de temps, attente de matière première, etc.).

Pour réduire, voire éliminer, toute forme de gaspillage, l’entreprise peut recourir à diverses méthodes. L’une d’elle est la méthode des 5S qui vise à supprimer tout gaspillage engendré par la malpropreté ou le désordre. Il peut s’agir par exemple de débarrasser le poste de travail des choses inutiles qui s’y trouvent, de s’assurer qu’il est bien rangé, que tous les outils de travail sont bien visibles et finalement d’instaurer la procédure qui permet d’exécuter un bon travail sans gestes inutiles ni perte de temps.

Une philosophie qui accorde une place à la participation des employés, des fournisseurs et des clients

Le succès de cette démarche dépend largement de l’engagement de la haute direction envers le projet et de leur appui à la participation des employés. Pour que cette démarche réussisse, il faut aussi faire une bonne évaluation des besoins des clients. Enfin, la sélection des fournisseurs doit se faire en considérant ces derniers comme des partenaires associés à la réalisation de ce projet par la qualité de leurs produits et le respect des délais de livraison.

Une organisation de la production plus flexible

La production allégée en flux continu nécessite une plus grande flexibilité de l'organisation qui entraîne des changements dans les façons de procéder. Cette flexibilité accrue est notamment motivée par le souci de fournir le client de façon ponctuelle. La production cellulaire est une forme d’organisation préconisée dans cette optique. Elle vise à rapprocher dans le temps et l’espace les diverses séquences de la production d’un bien ou d’un service et à minimiser les déplacements inutiles. À cette fin, les postes de travail sont physiquement rapprochés les uns des autres, ce qui facilite le cheminement des composantes à chaque phase du processus de production. En outre, les outils sont disposés autour de chaque poste de travail de façon à en faciliter l’accès.

Cette forme d’organisation permet de raccourcir la durée du cycle tout en évitant l’accumulation des encours. En effet, il n’y a pas d’arrêts prévus entre les différentes étapes de la fabrication qui vont de la réception des matériaux et des pièces jusqu’au produit fini prêt à être expédié.

Source :

Dossier thématique – Le juste-à-temps www.qualiteonline.comCe lien quitte le site du Secrétariat du Travail et ouvre dans une nouvelle fenêtre.