Aller au contenu.

Secteur du travail
Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale

  • Imprimer.
  • Suivez-nous sur Twitter.
  • Fils RSS.

Facteurs de succès de la concertation patronale-syndicale

Certains facteurs de succès sont internes à l’entreprise et dépendent en grande partie des efforts des parties concernées. D’autres facteurs, externes ceux-là, peuvent jouer un rôle positif, notamment au début d’une démarche de concertation.

Les facteurs internes à l’entreprise

Certains facteurs favorisent le succès d'une démarche de concertation, tels que : l’existence d’une vision d’entreprise, l’établissement d’une entente initiale sur les objectifs communs visés, l’existence d’un comité conjoint, des communications ouvertes dans l’entreprise, la formation des cadres de premier niveau et des délégués syndicaux.

L’existence d’une vision d’entreprise

Une vision d’entreprise portant sur un projet à moyen terme permet de rallier le personnel. Ce projet doit être suffisamment large pour que tous soient motivés à y souscrire et à participer activement à sa réalisation.

Établir une entente initiale et des objectifs communs

La concertation requiert, dès le départ, que les parties souscrivent fermement à cette démarche. Pour cela, elles doivent régler les principaux problèmes et les litiges hérités du passé (ou s’engager à le faire), fixer des objectifs réalistes et établir leur dialogue sur la base du respect mutuel. Les objectifs initiaux doivent être partagés, même s’ils répondent à des préoccupations différentes.

Créer un comité conjoint

Un comité conjoint favorise la tenue de réunions régulières entre les parties, facilite les échanges d’information et évite la perte de contact qu’entraîne souvent la charge de travail quotidienne. Il permet aussi de consolider les échanges qui se font au cours de rencontres non officielles. L’utilité d’un tel comité repose cependant sur la volonté des parties d’aborder les problèmes dans un esprit non conflictuel.

De façon générale, il est souhaitable qu’un comité de concertation voué à la préparation et à la mise en œuvre d’innovations n’aborde pas la négociation de la convention collective. Cela permet de bien distinguer deux champs de pratique différents.

Veiller à la transparence des communications internes

Des communications ouvertes sont importantes pour que les décisions conjointes soient comprises par l’ensemble du personnel. Les employés ne doivent pas percevoir la concertation comme une démarche qui concerne uniquement la direction de l’entreprise et celle du syndicat. Il faut donc être attentif à la transparence des communications (bulletins, intranet, etc.).

Former les cadres de premier niveau et les délégués syndicaux

Des cadres et des délégués syndicaux bien formés aux méthodes de résolution de problèmes facilitent grandement la concertation auprès de tous les employés. La formation permet également aux superviseurs de comprendre leur rôle qui vise désormais plus les conseils aux employés que la surveillance du respect des procédures.

Associer le plus de personnes dès le départ

La participation de cadres et d’employés syndiqués au comité conjoint est importante : elle contribue à élargir la concertation et facilite la diffusion de l’information touchant des réalisations positives auprès de l’ensemble du personnel.

Les facteurs externes : le rôle des tiers-intervenants

Des tiers-intervenants externes peuvent jouer un rôle positif en facilitant le dialogue initial entre les parties ou en offrant des cours pour les initier à des méthodes de négociation et de résolution de problèmes. En particulier, les services de médiation peuvent :

Faciliter une approche constructive au cours des rencontres

Le déroulement des premières rencontres de concertation doit aider les parties à conserver une approche constructive dans leurs discussions et à éviter de glisser vers la confrontation. Le médiateur peut aussi amener les parties à améliorer le fonctionnement de leur comité de travail.

Inciter à la convergence des points de vue

La médiation peut aider les parties à faire une lecture commune de l’état de leurs relations du travail et à s’entendre sur des objectifs communs, notamment en établissant avec elles un diagnostic de la situation.

Offrir une formation

Offrir une formation sur :

  • les méthodes de résolution de problèmes et de négociation basée sur les intérêts;
  • le rôle de coordonnateur et d’accompagnateur des superviseurs;
  • les méthodes de communication et de travail au sein des équipes.